SNIPP MOSELLE

1 rue du Pré Chaudron

57070 METZ

Tel: (+33)3 87 63 68 28  -    Fax:03.87.38.07.64

en ligne

 

 

 

 

 

 


 

 

 

ANIMATIONS PÉDAGOGIQUES EN CONSTELLATIONS :
le volontariat doit primer !
Mise à jour:
Octobre 2020

 

 

 

Le déploiement du nouveau cadre de formation continue des enseignant-es du primaire se poursuit à cette rentrée. La mise en place du « plan français » s’ajoute à celle du « plan math » initiée à la rentrée 2019.
Le SNUipp a écrit au DASEN de Moselle pour solliciter une audience sur ce point et demander à ce que le volontariat pour la participation à ces animations en constellations doit primer (Lire notre courrier au DASEN de Moselle, lien ci dessous)
Le SNUipp donne  la consigne aux collègues de dire leur désaccord sur le fait d'être observé en classe. Cela doit se faire uniquement sur la base du volontariat.  En effet il est inutile en cette période d'apporter encore un stress supplémentaire aux collègues par le fait d'avoir dans sa classe des enseignants observateurs.   

Les principes affichés

- Chaque année, entre 1/5 et 1/6 des professeurs bénéficient d’une formation intensive en français, et en maths d’au moins 5 jours, avec rotation sur un cycle de 6 ans.

- La formation comprend une part significative d’accompagnement en classe ou d’observations croisées.

- Le travail se fait en constellations, c’est-à-dire en groupes de travail constitués de six à huit professeurs, et définis pour toute la durée de la formation. Sur quel temps ?

- 30h sur une année scolaire soit les 18h d’animations pédagogique et 12h sur le temps de classe ou journée de solidarité

Le SNUipp-FSU exige que les collègues puissent choisir librement entre les formations en constellation et le plan de formation classique.Nous continuons de dénoncer les formations imposées aux collègues.

Par ailleurs, nous demandons que les collègues volontaires pour les animations pédagogiques en constellations ne se voient pas imposer du temps supplémentaire de travail en dehors des 30h imparties.

Formation des enseignant.es... ? 

Prétextant d’une nécessité de réformer les dispositifs de formation en mettant l’accent sur la formation par les pairs, ce sont les orientations du ministre qui structurent ce plan.

L’accent est mis ici sur le français et les mathématiques, renforçant le poids des fondamentaux. Les évaluations nationales standardisées sont mises au cœur du dispositif. Les références théoriques et didactiques, citées en fin du guide, opèrent un tri partial dans les savoirs sur l’école.

L’IEN peut-il imposer à un-e collègue d'intégrer une constellation ?

Le projet impose « d’offrir à tous les professeurs des écoles 5 jours de formation en mathématiques et 5 jours en français, tous les 6 ans ».

Sur la base de l’article L 912-1-2 du code de l’éducation, “la formation continue est obligatoire pour chaque enseignant”

Avec ce plan, les constellations sont formées sous la responsabilité de l’IEN. Les enseignant-es peuvent donc de fait être désigné.es autoritairement.

Le SNUipp-FSU demande que les collègues qui s'inscrivent dans cette formation soient volontaires. 
Nous porterons cette revendication lors de l'audience auprès du DASEN de Moselle que le SNUipp a sollicité. 

Nous rappelons et rappellerons  à notre administration qu’une formation imposée n’a d’intérêt pour personne.

Pour le SNUipp, il apparaît évident qu’imposer une formation a de fortes chances de la rendre moins productive qu’une formation choisie, et qu’un appel à volontaires pourrait créer une dynamique plus favorable.  


Les collègues peuvent-ils refuser la visite du-de la CPC ou l'observation en classe par d'autres collègues  ?

Les visites d'un conseiller pédagogique sont incluses dans le schéma de formation et d’autre part l’article 23 du Décret n°90-680 du 1 août 1990 relatif au statut particulier des PE institue : “Tout professeur des écoles bénéficie d’un accompagnement continu dans son parcours professionnel. Individuel ou collectif, cet accompagnement répond à une demande des personnels ou à une initiative de l’administration”.

Par contre, nous donnons la consigne aux collègues de dire leur désaccord sur le fait d'être observé en classe. Cela doit se faire uniquement sur la base du volontariat.  En effet il est inutile en cette période d'apporter encore un stress supplémentaire aux collègues par la fait d'avoir dans sa classe des enseignants observateurs. 

Le guide “plan français” rappelle quasiment à toutes les pages que le CPC-référent est un “pair”.

Il indique : “le CPC-référent français n’évalue pas le travail réalisé”, plus loin “Lorsque le CPC-référent français est en classe avec un professeur, il se positionne en « pair-expert », testant avec le professeur qui fait classe ... ; il peut co-intervenir, ou prendre en charge la leçon pour permettre à l'enseignant de la classe d’observer”.

De plus, si des rapports d’étape du dispositif sont à la charge du-de la CPC référent.e, il ne doit y avoir aucune trace de rapports de visite.

 

Lors de cette formation l’administration peut-elle imposer une méthode pédagogique ?

 

Même si le guide “plan français” et le ''plan mathématiques'' ne cachent pas leurs intentions de mise en place d’un prêt à instruire, la liberté pédagogique des enseignant-es reste pleine et entière.

Le guide énonce que « Le choix du thème de travail est déterminé par décision collégiale des professeurs et s’appuie sur les besoins (des élèves, des professeurs, de l’institution) et des attentes. »

Par ailleurs, le « Guide pour le Plan français » insiste sur le rôle d’acteurs-trices des enseignant-es concerné-es, en indiquant notamment « il [le Plan français] rend les professeurs pleinement acteurs de leur formation en les associant à la définition des thématiques et des modalités de travail.

Il reconnaît ainsi leur professionnalité, promeut leur réflexion collégiale et les responsabilise dans la dynamique de formation », ou encore « Le professeur, de son côté, est totalement acteur de sa formation, au cours de laquelle il construit avec ses collègues une expérience, des réflexions et des gestes professionnels à partager… ».

Les collègues d’une constellation peuvent s’appuyer sur cette dimension pour définir collectivement leurs objets de travail.

Les « apports » doivent être pris comme des ressources, non comme des obligations.

Le SNUipp-FSU appelle les collègues qui sont volontaires pour participer à ces formations à réaffirmer leur professionnalisme en choisissant les thèmes de réflexion .

 

 

Textes de référence :

-  Le guide plan français édité par le MEN

- Courrier DGESCO 2020-004 (pages 35-36 du guide plan français MEN)

 

Le « plan français » est défini par des orientations et un cadre qui ont été annoncés par le courrier 2020-004 du 05 mars 2020, signé, pour le ministère, par le directeur général de l’enseignement scolaire, et adressé aux recteurs-trices et IA-DASEN. Ce courrier est complété par un « Guide pour le plan français » qui décrit, dans le détail, la mise en place de la formation.

 

 


Cliquer ICI pour retourner sur la page d'accueil.