SNIPP MOSELLE

1 rue du Pré Chaudron

57070 METZ

Tel: (+33)3 87 63 68 28  -    Fax:03.87.38.07.64

en ligne

 

 

 

 

 

 


 

 

 

Un an après le suicide de Christine Renon, les conditions d’un retour de la confiance ne sont pas revenues...
Mise à jour:
Oct. 2020

 

 

 

Faudra-t-il encore continuer à entendre, jour après jour, l’expression de la perte de confiance et même peut-être apprendre par un petit matin, à nouveau, le suicide d’une « directrice épuisée »

Paul Devin, Inspecteur de l’éducation nationale, écrit :

- rien n’a changé sur ce que Christine Renon appelait « les petits riens », cette manière de cumuler des demandes, des consignes, des injonctions...

- Rien n’a changé sur l’insuffisance des moyens dont Christine Renon décrivait les effets quand des enseignants manquent à la veille de la rentrée...

- Rien n’a changé dans une institution où faire la preuve qu’on a mis en œuvre les dispositifs demandés est devenu plus important que de s’assurer qu’ils concourent aux finalités éducatives.

Rien n’a changé. L’essentiel de ce qu’il faudrait interroger, remettre en cause et transformer est resté immuable

- Tout d’abord la question des moyens, des décharges, 

- Ensuite la question des discours.

- Enfin la question des finalités et du sens du travail.

L’ensemble de l’article est à lire sur le blog de Paul Devin ici : https://blogs.mediapart.fr/paul-devin/blog/230920/christine-renon-un-deja-mais-toujours-le-meme-epuisement

 

 


Cliquer ICI pour retourner sur la page d'accueil.