SNIPP MOSELLE

3, rue Gambetta, BP 20468

57008 METZ CEDEX 1

Tel: (+33)3 87 63 68 28      Fax:03.87.38.07.64

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 

 

 

Compte-rendu de l’audience à l’Inspection Académique de la Moselle, lundi 23 mai 2011

Mise à jour: juin 2011

 

 

Personnes présentes :
Monsieur Louvet, Inspecteur d’Académie de la Moselle
Monsieur Jaeger, Inspecteur de l’Education Nationale adjoint à l'Inspecteur d'Académie
Madame Noller , déléguée du SNUIPP 57
Madame Kuznik, déléguée de l’AFPEN 57
Madame Gomez, Déléguée de la FCPE 57
Madame Wederich, déléguée de l’AREN 57
Monsieur Schwaller, délégué du SGEN 57
Monsieur Becker, délégué du SE-UNSA 57

Cette audience avait pour objet de faire le point sur les postes et sur la formation  des personnels spécialisés du département.

Plusieurs points ont été abordés :

  • L’implantation des postes des psychologues scolaires revenant de formation (3 personnes concernées) : il manquerait un poste support qui pourrait être pris sur un poste G vacant.

L’IA soulève la question des besoins dans l’est du département, sur les 2 circonscriptions de Sarreguemines. Une personne qui s’engagerait à travailler dans l’est du département pourrait éventuellement partir en formation, mais il rappelle qu’il n’est pas légal de demander un engagement ferme de ce type.
La question de la « disparition » de postes de psychologues scolaires avant le mouvement est posée : sur 9 postes gelés, 3 ne figurent plus au mouvement.
L’IA nous dit que c’est une question technique à laquelle il ne peut répondre, qu’il faudrait voir avec Monsieur Dalmar.
Ces postes peuvent ne pas être fermés même s’ils ne sont pas au mouvement : ils pourraient être gelés car ils ne sont pas passés en CTP (seule instance pouvant fermer des postes).
Il nous rappelle qu’il doit avoir « ses » 112 fermetures de postes à la fin du mouvement.

  • Le recrutement des psychologues :

Il n’a pas d’infos à ce sujet, ce point n’a pas été abordé lors de la dernière réunion au ministère.

  • La carte scolaire : qu’en sera-t-il des postes spécialisés non pourvus à l’issue du 1er mouvement ? Les G et les psy ne peuvent pas être remplacés, mais les E ?

Il nous dit que tout va dépendre de la pression qu’il aura en juin : si c’est possible, il essayera de pourvoir certains postes E au 2ème mouvement. Il y aura une étude au cas par cas, sur proposition des IENs.
Un point doit aussi être fait au niveau des écoles (ouvertures et fermetures de classes) car il y a des évolutions d’effectifs.
Les postes G non pourvus ?
Il ne sait pas encore s’il les récupèrera, il y a un flou sur la rentrée 2012.
Qu’en sera-t-il de la mobilité des personnels si tous les postes sont fermés ?
Pour les G, nous sommes à la limite de la rupture avec toutes les fermetures de postes de ces 3 dernières années. Nous sommes passés de 60 postes à moins de 30.
La priorité a été de ne pas toucher aux postes itinérants, d’implanter les sédentarisés sur des postes itinérants, de pourvoir aux postes de référents.
Il essayera de maintenir les itinérants dans la limite des postes existants mais il ne pense pas qu’il y aura des créations de postes .
Il nous dit qu’il a relativement préservés les réseaux, qu’il sait qu’il y a besoin de prises en charge spécifiques E et G dans les situations les plus lourdes ( Monsieur Jaeger fait référence au handicap  et parle du travail des RASED et des G en 1ère ligne pour les situations d'enfants relevant du handicap. Nous
lui rappelons que les RASED ne sont pas présents uniquement pour les situations MDPH)

Nous lui rappelons la difficulté à travailler sur des RASED qui ne sont pas complets : travail en équipe compromis ; souffrance des enfants, des enseignants, violence quand il n’y a pas de réponse RASED possible.
Tout dépendra des décisions prises au niveau national. S’il n’y a pas de positionnement national, il ira vers un rééquilibrage. S’il le peut, il ne touchera pas aux RASED, ce qui, pour lui, est un effort important dans une période de baisse de moyens.

  • Les départs en formation ?

Il ne lui est pas possible de répondre, de prendre d’engagement. Il n’y a plus de crédits pour la formation.
Cette année, la formation des personnels (stagiaires ASH) a été montée par l’IA et assurée par l’ASH.Elle a absorbé une grande partie des crédits formation.
C’était une formation light , par manque d’interlocuteurs pour la formation : les personnes sollicitées n’ayant pas toujours accepté. M Jaeger rappelle que l’ASH sollicite tout le monde et qu’il y a peu de réponses. Il parle d’un programme à construire, d’une alternance à mettre en place.
 Pour l’an prochain, on ne parle plus de formation mais d ‘ un « accompagnement à l’examen professionnel » qui sera de 4 semaines au total.
Une autre partie des crédits a été consacrée à la formation des référents (5 jours sur l’année et 15 jours en juin pour les nouveaux nommés.
Et une formation inter-académique ?
Pour lui, c’est une formation lourde en terme de remplacement (il pense au poste classe à pourvoir si un collègue part en formation spécialisée, pas au poste rased !!!)
Ils vont y réfléchir, se renseigner (l’IA semble découvrir que la formation G se faisait à Sélestat).
Mais le remboursement des frais de déplacement risque d’être difficile à assumer
La formation continue ? par bassin ?
M Jaeger nous répond que toute la ressource de l’IA a été centrée sur la formation ASH (référents, ULIS qui avaient un besoin urgent d’être formés) et PES. Il y a un problème de crédits, y compris de crédits d’heures, un problème de ressources humaines : du coup, l’ASH n’a plus de volets d’heures pour la formation des RASED (de la même façon que la formation des PES a imposé la réduction de la formation des PE 2).
Pour lui, l’avenir sera le travail avec l’université dont il faut utiliser les compétences.
Ce qu’il voit de positif dans ces changements c’est que les membres des rased font partie intégrante de l’équipe de circonscription : ils forment les autres (collègues en classe) et former les autres , c’est se former soi-même !!!!!
Nous sommes dans l’échange de compétences, pas dans la formation !!!!

  • Quid des anciens dispositifs (RAR, ZEP,…) ? Les postes non pourvus sur ces secteurs seront-ils ciblés prioritairement ?

L’IA : Ces zones seront l’objet d’une vigilance. Elles seront effectivement ciblées.
Il n’a pas actuellement une vision claire de l’organisation des RASED à l’échelle du département. Il va regarder comment les postes sont pourvus et, au regard de ça, voir les demandes sur le terrain.
M Jaeger parle de réseau de circonscription…
Nous lui rappelons l’importance d’être visible, identifié par tous (collègues et parents) pour bien travailler. L’importance de la cohérence du travail : il faut éviter le saupoudrage.
L’IA : il faudra faire des choix. Il verra avec M Dalmar l’implantation des postes de façon plus fine.

  • Conséquence sur le terrain de la fermeture des postes RASED en terme de prise en charge, de suivi de dossier (SEGPA par exemple)

M Jaeger : le pire dans une situation comme ça, c’est l’absence de dossier. C’est le travail des enseignants de faire les dossiers…

  • Prise en charge des frais de déplacement, avoir les infos à temps quand il n’y a plus de crédits.

L’IA : l’enveloppe a été réduite de 20%. Il essaye de maintenir au mieux les crédits des circonscription, en faisant une péréquation. Il sait que ce n’est pas suffisant, mais c’est le cas de tous les personnels itinérants.
Pour le moment où les crédits sont épuisés, il n’a pas de vision à ce sujet : tout est géré par ULYS. Il aimerait avoir cette lisibilité car c’est un élément de pilotage.
M Jaeger : Mme Rehm (gestionnaire) va essayer de faire une gestion en année civile.

  • Les congés formation : y a-t-il un risque de perdre son poste en RASED ?

L’IA : non. Mais il n’est pas sûr de laisser partir tous les psychologues scolaires car il en manque déjà sur le terrain.

En conclusion : l’audience a été cordiale, mais aucun engagement n’a été pris par l’administration. L’excuse financière est présente tout au long de l’entretien.
L’IA gère comme il peut la pénurie. Il va transformer un poste G en psy sur Sarreguemines qui n'a plus un psy.

Il envisage un redéploiement des RASED en se concentrant sur les zones difficiles (tant pis pour le rural). Il essayera de maintenir les RASED, si les moyens suivent…M Jaeger a parlé d’un RASED par circonscription.

 

 

 

Cliquer ICI pour retourner sur la page d'accueil.